L’inclusion dans le BTP ; un travail à plein temps pour le GEIQ BTP Loiret

Label RSE GEIQ BTP Loiret par Rate A Company

Avec une démarche RSE initiée cet été, le Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification spécialisé dans les métiers du BTP dans les départements du Loiret et d’Eure et Loir a reçu les résultats de son audit auprès de ses parties prenantes en septembre. Il reçoit la note de 4,51 / 5 au label RSE : note attribuée par les parties prenantes.

 

L’exercice n’est pas évident, il est indispensable. Pour faire face à une baisse de la motivation des salariés et aux attentes en matière de politiques publiques de demain, la RSE apporte des clés de lecture à condition que le diagnostic et les solutions soient suffisamment réalistes pour être adressés.

Pour assurer une stratégie durable pragmatique, l’équipe du GEIQ BTP Loiret, avec sa directrice Isabelle DUBILLOT, a joué le jeu de la transparence et ont interrogé leurs clients (adhérents), salariés, partenaires institutionnels (DREETS, Région, etc.), centres de formation et prescripteurs (Pôle Emploi, Mission Locale, etc.) sur plus de 80 critères issus de l’ISO 26000, de l’ISO 20400 et des ODD. En plus de d’une évaluation de leur impact à un moment donné, - qui constitue la note figurant sur le label RSE : note attribuée par les parties prenantes – le Geiq a été en mesure de tester la popularité de ses futures mesures RSE envisagées auprès de l’ensemble de leur écosystème. Une approche « top down » et « bottom up » qui permet également de faire remonter les attentes et suggestions des parties prenantes.

Cette approche inclusive et pédagogue est aussi le meilleur moyen de sensibiliser et d’engager en douceur ses collaborateurs et clients dans la transition. Même quand il s’agit des profils les plus fermés. Si la participation est restée relativement faible - 33% des 254 personnes identifiées comme parties prenantes – la note attribuée a, elle, été bien supérieure aux pronostics de la direction soulignant la très bonne gestion des activités du GEIQ BTP Loiret au regard des principaux concernés.

 

" S’engager dans une démarche RSE me paraissait important, mais inatteignable. Je ne l’aurais pas fait sans être accompagnée par un professionnel. Les premiers pas dans la construction du dossier ont été ponctués de doutes, de certaines difficultés, mais petit à petit, le ciel s’est éclaircit et je ne regrette absolument de m’être lancée dans le cheminement.

Au final cette évaluation par les parties prenantes m’a apportée une grande satisfaction avec des résultats surprenants, positifs et agréables, qui vont nous permettent de faire de l’amélioration continue. A quelques mois de la retraite, j’ai vraiment le sentiment d’avoir apporté une nouvelle pierre à l’édifice « GEIQ BTP Loiret » "

- Déclare Isabelle Dubillot, directrice du GEIQ BTP Loiret.

 

Le secteur de la construction a déjà pris le virage du développement durable et il lui reste encore une grande marche de progression, les projets sont nombreux.

Les grandes entreprises ont participé avec facilité à l’audit de Rate A Company, contrairement aux plus petites structures qui manquent probablement de temps, de moyens et de connaissances sur la transition écologique dans nos métiers. L’inclusion, qui est déjà ancrée dans les pratiques des entreprises du BTP, reste malgré tout à organiser et à améliorer dans les équipes sur le terrain, ce qui est un des premiers rôles du GEIQ BTP Loiret.

Les garanties de Rate A Company sur une évaluation anonyme ont permis aux managers de répondre plus facilement. A la lecture des réponses, il est clair qu’il y a encore de nombreuses barrières à lever. Le manager n’est pas le seul responsable, il doit aussi persuader ses équipes du bien-fondé de la diversité. Et c’est ce travail commun qui permettra de lever les freins que rencontre le GEIQ qui est en charge de recruter, de former et de placer des publics parfois très isolés de l’emploi dans un secteur pourtant en tension.

Il reste également du travail à faire en matière de sensibilisation environnementale. La majorité des salariés souhaiterait recevoir une formation supplémentaire sur « le savoir-être en entreprise » (30,9%) ou une formation sur « le respect de ses collaborateurs et la mixité sociale » (26,5%). Ils ne sont que 23,5% à manifester un intérêt pour « les bons gestes écologiques ». Cependant, ces attentes des salariés sont en adéquation avec les attentes des entreprises adhérentes. Ils sont près de 44% à vouloir que les salariés reçoivent une formation sur l’attitude en entreprise alors qu’ils ne sont que 18,8% à souhaiter qu’ils reçoivent une formation sur les « bons gestes écologiques » sur le chantier.

Une demande également secondée par les centres de formation qui ne voient pas non plus l’intérêt de mettre en place des modules sur le tri, la gestion de l’eau ou de l’énergie ou la réduction des déchets mais plébiscitent également une formation supplémentaire sur le civisme et le professionnalisme en entreprise.

 

Des résultats surprenants alors que près de 70% des managers des entreprises adhérentes ayant répondu admettent que pour leur structure, l’impact environnemental de leurs activités est « très important », voir « crucial ».

Quand on sait que selon le Ministère de la Transition écologique et solidaire en France, le secteur du bâtiment représente 43 % des consommations énergétiques annuelles françaises et génère 23 % des émissions de gaz à effet de serre du pays (chiffres 2022) * on se dit que le Geiq à a un rôle déterminant à jouer en matière de sensibilisation, à son niveau, pour que la France atteigne ses objectifs de 2050.


* https://www.ecologie.gouv.fr/construction-et-performance-environnementale-du-batiment

Découvrez le GEIQ BTP LOIRET ICI et tous les résultats de l'audit ICI

 

Entreprise
Alternance
Formations
Insertion
Recrutement
Métiers du bâtiment
Commentaires